Mars 2005

Le monde sait parfois donner, sait-il aussi recevoir_? Qui peut savoir donner, s’il ne reçoit jamais_? Recevoir est un acte d’humilité véritable qui est la reconnaissance de notre état d’être en cours d’évolution vers l’amour de Dieu. On ne peut grandir sans aide. Il y a tant à apprendre_! On ne peut aller de l’avant sans se remettre en cause constamment et cela est une des choses les plus difficiles qui vous soient demandées. Chacun est le plus souvent rivé à ce qu’il est, comme s’il estimait au plus profond de lui-même qu’il n’a rien à changer. Tout ou presque est à changer pourtant, car l’amour que vous vivez est presque toujours assez superficiel. Vous avez tendance à vous en contenter parce que cela vous arrange, parce que cet amour qui vous est demandé de vivre n’est pas trop dérangeant. C’est une vérité qui n’est pas agréable à entendre, mais de ce côté du voile vous ne pouvez pas savoir combien cette vérité peut nous paraître affligeante et même quelque peu désespérante si nous ne savions qu’à long terme l’amour gagnera la partie, car c’est le dessein de Dieu et qu’il fera tout pour vous y aider. Aujourd’hui, la Terre tourne sur elle-même, au sens moral du terme, bien entendu. Elle n’avance pas, percluse par la routine de son matérialisme. Elle a conscience de son mal être, mais ne sait vers qui se tourner. Elle voudrait aller de l’avant, rompre son immobilisme, mais elle a renié ses valeurs et ne trouve rien pour les remplacer. Alors, elle stagne, vous stagner et vous vous désolez et nous avec vous_! Nous voudrions vous aider et c’est ce que nous tentons de faire à tout instant, mais vous ignorez nos efforts, sûrs de vous-mêmes, malgré votre désespérance. Curieux constat que celui-ci. Vous ne savez pas où al-ler et vous refusez l’aide qui vient de l’Au-delà. Alors que faire_? Au risque de se répéter pour la énième fois, il vous faut vous tourner vers la prière. Une prière sincère, quelle qu’elle soit, est toujours efficace. Certains d’entre vous pratiquent et reçoivent pour eux et pour leurs intentions de multiples grâces. Pourquoi y en a-t-il si peu, alors que l’amour de Dieu ne demande qu’à se déverser sur vous_? Mais encore faut-il lui demander son aide_! Le faites-vous vraiment et assez souvent_? À la vérité, pas souvent et pas avec assez de sincérité. Vos prières quand vous les faites sont souvent « expédiées » comme une sorte de corvée que vous satisfaites pour être en ordre, pour être en accord avec votre conscience. Mais où sont les élans de votre cœur_? Où est cette spontanéité qui va de pair avec l’amour sincère_? Je ne veux pas être trop sévère avec vous, je vous aime trop. Mais j’aimerais vous faire comprendre que les temps pressent et que c’est la seule arme que vous possédiez en fait pour vous éviter de grandes tribulations dans un avenir proche. Je le dis avec tristesse, car j’aimerais bien que vous, que j’aime tant, soyez épargnés de certains malheurs. Je jette cet éditorial dans l’océan de vos informations, comme on jette une bouteille à ta mer avec un SOS, un appel au secours. En ce cas, c’est un appel au secours pour vous sauver de vous-mêmes, ce n’est pas tout à fait pareil. Les naufragés, c’est vous, ce n’est pas nous qui avons la chance de vivre dans l’amour de Dieu, un amour ineffable qui, si vous te connaissiez, changerait tout dans votre façon de concevoir la vie, votre vie. Je voudrais tant que vous compreniez. Je brûle mes dernières cartouches, pour vous inciter à vous reprendre. C’est un rôle ingrat mais que j’assume avec joie, malgré tout, car, je le dis et le répète, mon cœur déborde d’amour pour vous. Si vous recevez mon appel, priez. Priez seul à la maison_; dans votre voiture, Rejoignez ou créez un groupe de prière_! Faites silence en vous, au lieu de regarder béatement la télévision, prenez un livre qui vous incitera à réfléchir. Regardez la nature si belle, et rendez grâce à Dieu. Vous voyez bien que ce n’est pas si difficile, que l’effort n’est pas si grand que vous le pensez, qu’il est à votre portée. Priez, demandez et vous recevrez. Le Christ Jésus l’a dit bien avant moi et c’est toujours aussi vrai. Faites silence dans votre cœur et adressez-vous à Dieu avec toute votre sincérité. Et vous verrez des merveilles s’accomplir, je n’exagère pas, car rien ne Lui est impossible. Vous le savez, mais vous en doutez constamment. Vous manquez de foi, en fait. Ne serait-ce d’ailleurs que pour affirmer vos convictions. Mais c’est un autre problème. Aujourd’hui, je vous demande constamment de faire entrer la prière dans votre vie quotidienne. C’est votre oxygène spirituel le plus pur. Un enfant de Dieu ne devrait pas ignorer la prière, puisque c’est le contact direct avec le Père, notre Père, Votre Père. Lui parler, lui confier vos projets, vos soucis, vos attentes et même vos peurs, vous fera le plus grand bien, car son amour vous aidera à faire face.

Je vous quitte. Je suis heureuse d’avoir pu vous parler. Croyez-moi, la prière c’est votre sauf-conduit pour l’avenir. Priez! Priez encore et vous apporterez à la Terre une pluie de bienfaits. Je vous aime . Françoise