15 novembre 2006

Nous nous demandons comment, vous les humains sur la Terre, vous faites pour rester si étrangers aux autres ! Comment vous ne vous rendez pas compte à quel point vous faites Votre propre malheur en érigeant votre égoïsme en mode de conduite. Tout vous démontre bien pourtant que vous faites fausse route ! Les problèmes s’accumulent aujourd’hui d’une façon dangereuse pertes, l’air du temps n’est pas vraiment à la joie, on s’étourdit plutôt qu’autre chose – partout, une inquiétude, une interrogation du genre : « Mais qu’est-ce qui ne va pas sur cette Terre ? » Le problème paraît si complexe, que celui qui s’interroge, s’il est peu motivé, lâche prise rapidement et que l’affaire reste pendante, comme d’habitude. Une sorte de fatalisme finalement plombe le monde.

Il est bien évident que je parle d’une façon générale. Il existe des gens « bien » partout. Il y en a qui réfléchissent et qui posent les bonnes questions et même parfois y répon-dent. Ils sont rares, si rares qu’ils ont un mal fou à se faire entendre et que dans le tohu-bohu des médias, il est bien rare que leurs voix deviennent perceptibles, audibles, et encore moins qu’on les entende et les comprenne.

L’humanité vit sur un volcan qui peut entrer en éruption à tout moment et pour ainsi dire personne ne s’en occupe. « Le prochain week-end, les RTT, l’achat de la nouvelle voiture, etc., voilà des sujets vraiment intéressants et porteurs ! Que des hommes meurent de faim par millions et centaines de millions, que la moitié du monde exploite l’autre moitié, etc., quel intérêt ? le problème nous dépasse ! »

II ne dépasse personne, car il concerne tout le monde. Les hommes ne sont-ils pas frères, issus du même Père et appelés à vivre ensemble ? Certains diront que c’est la Théorie et seulement la Théorie. Ils n’ont absolument rien compris. Leur intellect est complètement obscurci par la recherche de plaisirs immédiats où l’autre n’a pas sa place.

À l’entrée de cette nouvelle année, ne pensez-vous pas que c’est très grave que l’on perpétue, sans aucune réflexion, les erreurs des années précédentes ? La Terre va mal ! Ça ne fait rien, on continue comme avant ou presque ! Dans ces conditions que pourra-t-il bien se passer ? Il n’est pas nécessaire d’être devin pour prévoir que les choses ne s’arrangeront pas et qu’elles vont même empirer, encore et encore… Les visages seront de plus en plus consternés, chacun se demandant jusqu’où cela ira, mais on continuera de ne rien faire, l’égoïsme de chacun étant plus fort que tous les raisonnements, quel que soit le pays ou la race !

Vous, vous avez cette grande chance que votre discernement ait été éclairé et vous avez la possibilité de revoir votre position et d’essayer défaire quelque chose.Aux Journées de la Survivance, on a parlé de « missionnés du plan divin ». Jolie expression et sûrement très réelle. Mais vous êtes encore bien peu nombreux et vous ne faites pas beaucoup de bruit, même si certains essaient de réagir.

Pourquoi faut-il que ce soit toujours les autres et jamais vous qui soyez concerné ? Êtes-vous moins bien que les autres pour créer un groupe de prières ou une association ? Pour prendre la parole en famille ou devant vos SMS ou, là où vous travaillez, pour défendre vos idées, vos conceptions vos croyances ? Si personne en parle, comment allez-vous vous reconnaître ? Comment allez-vous vous compter pour avoir du poids et vous faire entendre du grand public ? Tout se tient. Il vous fait exister, avoir un rôle, jouer un rôle au sein de la société.

C’est beaucoup moins difficile que vous ne le pensez. Vous vous faites des idées, dès qu’il s’agit de porter témoignage. C’est vrai que vous n’en avez pas l’habitude ! Et alors ! Il faut toujours faire un premier pas. C’est valable dans tous les domaines. Et là, quel domaine, puisque c’est celui de l’Amour, cet Amour qui émane du Divin qui vous a créé. « Ce n’est pas une mince affaire », pourrait-on dire, c’est même la plus importante de votre vie et pourtant très souvent cela semble vous laisser indifférent. Indifférent à son propre avenir, à celui de ses enfants, ce n’est pas possible ! Il y a maldonne quelque part. Et pourtant… le silence règne dans les rangs. Et les mêmes continuent de pontifier, jouant toujours leur sinistre comédie qui ne mène à rien, sinon à un désastre, dont vous commencez à percevoir le contour, à défaut de bien l’identifier.

Encore une fois, en resterez-vous là ? Que ferez-vous quand le moment sera venu et que la majorité s’interrogera ne sachant quoi faire. Vous, vous savez. Ne risque-t-on pas un jour de vous le reprocher ? De vous reprocher de n’avoir rien fait pour éviter la catastrophe en gestation.

Réfléchissez, bien à tout cela. Nous vous le disons depuis longtemps, nous et beaucoup d’autres. Un jour, il sera trop tard pour réagir. C’est tout de suite qu’il vous faut vous lancer dans la « bagarre », pour sauver ce qui peut encore l’être.

Ne me traitez pas de rabat-joie ! Vous n’en avez pas le droit, mais vous avez le droit, en revanche, d’être réalistes ! Notre vision, de l’Au-delà, est globale. Nous n’avons, malheureusement, pas beaucoup de chance de nous tromper, mais, vous, en avez beaucoup de souffrir, vous et beaucoup d’autres, par votre incurie, par un excès d’optimisme non justifié. Réfléchissez. Priez. Changez votre vie pour une vie plus altruiste. Vous n’aurez pas perdu votre temps. La Terre a besoin de vous, nous avons besoin de vous ! Tout de suite. Faites le pas en avant que nous attendons de vous.